Stranger Things ou le phénomène 80’s

Avec l’arrivée du nouveau poster de Stranger Things, annonçant les futures festivités d’Halloween et de la saison 2, on ne peut que constater une chose : la machine marketing « Stranger Things » est particulièrement bien rodée et reprend les mêmes principes que ceux développés et exploités durant les années 80 : déclinaison et omniprésence.

Netflix et les frères Duffer jouent à un jeu gagnant en exploitant la nostalgie de ses spectateurs et en s’adressant à toute une génération, celle des trente-quarantenaires. L’imagerie acidulée et pop de cette décennie est ici idéalisée et iconisée jusqu’à plus soif, jouant de ses codes à foison pour nous replonger dans l’univers de ces bambins du club des Loosers ou des Goonies.

EN-US_ST2_Darkness_3840x2160_Still01

Et ce ne sont pas les seuls. La NLC (New Line Cinema) a eu depuis longtemps le projet de porter à l’écran le roman à succès « IT » de Stephen King et de renouer avec le succès des 80’s dont l’adaptation TV fit naître un des monstres du cinéma les plus traumatisant pour les enfants, que Tim Curry joua à merveille en y étalant toute sa malsaine et malicieuse interprétation. D’ailleurs, en refusant aux frères Duffer de prendre les rênes de ce projet, la NLC leur permit de prendre leur revanche et de créer leur propre mythe en jouant avec les mêmes ingrédients initiaux.

Devant le succès de la série et de sa réception face au public, on ne peut que constater la terrible efficacité de ce « filtre magique » !

Difficile alors de rester insensible, quand l’esthétique rose et bleue nous ramène aux temps de l’innocence où les peurs d’enfant nous faisaient trembler et révélaient les monstres les plus terrifiants du cinéma actuel.

Alors, ils usent encore et encore de ces ficelles, comme dans les 80’s… En espérant seulement que cela n’aille pas jusqu’au vertige.

 

En bonus !

Quitte à jouer avec l’imagerie des 80’s, Josh Nitsche (vidéaste Youtube) s’est amusé à détourner le trailer de Stranger Things en y incorporant les slashers les plus connus de cette décennie.

2 commentaires sur “Stranger Things ou le phénomène 80’s

Ajouter un commentaire

  1. La première saison de Stranger Things’ était excellente et en grande partie grâce au personnage, à part entière, de la décennie 80, une époque où les phénomènes étranges étaient plus difficiles à appréhender sans GPS, smartphones ou Wikipédia. Ce revival année 80 satisfait ceux qui l’ont vécu dans leur enfance et ceux qui ne l’ont pas connu, un peu comme quand on fouille dans les cartons de jeunesse de ses parents et qu’on y découvre des trucs aussi ringards que cool. La mode et l’histoire suivent toujours ce schéma, comme un éternel recommencement où on ressort les vieilleries des cartons. Un peu de baume au cœur !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :