[Vidéo club] Wolfcop

Je voulais faire une review « Vidéo club » rapide sur ce film… Enfin, ce nanar. Hum disons plutôt, cette comédie horrifique à très petit budget car il n’y a de nanar que les films qui ne se revendiquent pas comme tel. Après tout, c’est un statut qui s’acquiert malgré soi.

Bref !

Pour ça pour vous présenter : Wolfcop (2014).

B011_C032_1101NG

Tout se passe dans un bled paumé, Woodhaven, à la frontière canadienne/américaine, abritant des habitants tous plus bas du front les uns que les autres… A commencer par Lou Garou (?!), flic loser jusqu’au dernier degré. Alors qu’il enquête sur des faits inhabituels,  il devient victime d’une étrange malédiction, le transformant en… Je vous laisse deviner. Suite à cela, tous ses sens sont décuplés, surtout celui du devoir !

Le réalisateur canadien Lowell Dean nous sert ici une sorte d’hommage burlesque aux films de loup garou, ainsi qu’aux films de genre et d’exploitation des 70/80’s, de par son esthétique, son grain, les lumières néons des clubs mais aussi son artisanat. Car en effet, ici, pas d’effets spéciaux numériques (sauf quelques rajouts post-prod) mais tout au bon vieux maquillage à l’ancienne. Et ça, ma foi, ça fait plaisir. Du plastique, du silicone, vous allez en trouver partout, aussi bien dans les prothèses du lupin comme celles d’une des actrices. Car oui, du sang, du crade, du sale, mais aussi des boobs seront de la partie, car après tout, ce sont les ingrédients qui ont fait le succès de ces franchises.

cc1be262c843d69c3663562fa8097257b666853e

Je regrette cependant l’omniprésence de filtres dégueulasses, rajoutés en post-prod, qui rendent l’image vraiment sale… Mais pas dans le bon sens. Cela renforce l’impression que tout est tourné à la manière d’une sitcom ou d’un film entre potes avec des abus de filtres Instagram.

Quant à eux, les acteurs sont au niveau du budget du film mais on sent surtout une franche camaraderie entre eux, déblatérant des répliques et des blagues plus vaseuses les unes que les autres et se retrouvant dans des postures des plus rocambolesques. Ils sont donc complètement à la hauteur du film, eux aussi à petit budget. Parfois, je l’avoue, on ne sait pas si on doit rire ou pleurer, le génie flirtant avec le navrant. Bon après, on sent que ce film ne triche pas sur la marchandise : il sait ce qu’il vend et il le fait, ni plus ni moins.

Enfin, il y a une chose qu’il faut rajouter à cet improbable breuvage pour que le charme opère : les amis. C’est avec eux, des bières, de la junk food et des commentaires que vous apprécierez le plus la recette magique de ce film.

Alors, vous savez quoi faire ce week-end.

 

En bonus !

Car après tout, cette review avait aussi pour but de vous prévenir : va y avoir une suite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :